Logo Fernand GREGH Galilée  
   
 
  Le contexte historique

L’Europe des savants au XVIIe siècle

I. La science moderne

La science avant Galilée :

Aristote avait observé des phénomènes, il les a décrit, il en a déduit des théories. Elles ont été oubliées. Lorsqu'elles sont redécouvertes au 13e siècle, elles ont été apréciées en particulier par l'église. Si Aristote dit quelque chose, c'est vrai, on dit qu'Aristote fait AUTORITE.
Galilée et d'autres pensent que tout ce que dit Aristote n'est pas vrai. Ils pensent qu'il faut démontrer les théories à l'aide d'expériences.
D'autre part juste avant l'époque de Galilée la technologie a beaucoup progressé et permet de disposer d'instruments plus performants. Enfin Galilée utilise des mesures chiffrées pour être plus objectif.

II. Les échanges entre les savants

Les savants échangent leurs théories, leurs expériences et leurs découvertes en se rencontrant dans des académies ou en imprimant des livres grâce à une nouvelle découverte : l’imprimerie. Sinon ils s’envoient des lettres très documentées.
Lorsqu’ils se rencontrent, ils font le point sur leurs recherches et ils se lancent des défis.
En France, le père Marin Mersenne (1588-1648) joue un rôle privilégié dans ces échanges. Homme d’église, il entretient une correspondance très fournie avec Galilée et son élève, Torricelli, mais aussi avec Pascal, Descartes, Fermat, Roberval et le physicien hollandais Beeckmann. Il publie les mécaniques et les nouvelles pensées de Galilée, puis cinq ouvrages. Il contribue à l’essor de la recherche au 17e siècle et fait lui-même des découvertes en physique et en acoustique. C’est un des premiers savants de laboratoire à posséder un cabinet de physique.

III. L’académie des Lincei

L’académie dei Lincei est l’académie dont faisait partie Galilée. C’est la plus ancienne des académies scientifiques d’Europe. Fondée en 1603 par un pacte entre le prince Federico Cesi  et deux amis, elle adopte la référence à la vue perçante du lynx qui symbolise à la fois la puissance de vue de résolution du microscope. La création de cette académie sera l’un des moments forts de la révolution scientifique de la renaissance, puisqu’elle fonde une tradition nouvelle, celle des académies, sociétés savantes et celle de réseaux de correspondance pour initiés.

Quelques dates :
  • 17-08-1603 : Fondation à Rome de l’académie des Lynx par le Prince Federico Cesi. Il choisit un Lynx blanc  comme emblème et la maxime : Sagacius ista.

  • 25-12-1603 : Inaugurations solennelle. Cesi est élu Princeps perpétuel.

  • 1604 : Les activités de l’académie sont étroitement surveillées.

  • 1610 : Adhésion de Giovanni Battista delle Porta.

  • 25-04-1611 : Adhésion de Galilée. Le lynx blanc ornera le frontispice de tous les ouvrages de Galilée.

  • 1612 : Opposition du St Office.

  • 1616 : Condamnation du système de Copernic.

  • 1630 : Mort de Cesi et fin de l’académie.

    1
(académie dei Lincei)

IV. L’académie des sciences

L’académie des sciences fut fondée en 1666 par Colbert, conseillé en la matière par Charles Perrault, sous le nom d’académie royale des sciences ; elle compte environ cent trente membres titulaires et quatre-vingts  associés étrangers. Son réseau de correspondance est français.
Les académies étaient des endroits où les savants se rencontraient pour faire le point sur leurs inventions, expériences…

V. Les découvertes au 17e siècle

Astronomie :
  • Galilée (1564-1648), a découvert la lunette astronomique.
Mathématiques :
  • Johannes Kepler (1571-1630), appliqua les études des orbites planétaires.
  • Pascal Blaise  (1623-1662), a construit la machine à calculer en 50 exemplaires.
  • René Descartes: (1596-1650), découvrit la loi de la réfraction. c'est-à-dire l'angle selon lequel le rayon lumineux change de direction en passant d'un milieu à l'autre.
Physique :
  • Pierre Gassendi (1592-1662), il défendit les systèmes de Copernic et Johannes Kepler.
  • Robert Boyle (1627-1691), a été considéré comme physicien et fondateur de la méthode expérimentale.
  • Sir Isaac Newton (1642-1727), Inventa le télescope et formula les lois de la mécanique et de la gravitation.
Médecine :
  • William Harvey (1578-1657), a découvert la circulation du sang au XVIIe siècle.

VI. Les rapports entre science et religion

Dans l’antiquité et jusqu’au 18e siècle, la science est indissociable de la philosophie (on nommait d’ailleurs la science, la philosophie naturelle). Et étroitement contrôlée par les religions. Sous la pression du savoir qui s’accumule, elle vient sans cesse heurter  les dogmes religieux. Le contrôle de la religion sur les sciences va progressivement diminuer avec l’apparition  de l’astronomie et de la physique moderne, faisant des sciences un domaine autonome et indépendant. Du point de vue scientifique, c’est en effet l’astronomie qui déclenche le changement à cette époque. Après Copernic, Tycho Brahé, Kepler et Galilée en 1609 réalisent des observations qui confirment une fois de plus que la théorie géocentrique, était réfutable
En 1632 et 1633, eut lieu le procès de Galilée, en raison de la publication d’un ouvrage ouvertement favorable à l’héliocentrisme (Dialogues sur les 2 principaux systèmes du monde).
Le procès marque la séparation entre l’ancien et le nouveau en matière de sciences. C’est une rupture entre la science et la religion, qui mènera à un développement prodigieux, de la science.
Son traité en 1633 lui valut le fameux procès avec les autorités religieuses (juin 1633) qui reçurent mal la théorie, jugée incompatible avec le texte de la Bible.
L’héliocentrisme fut confirmé par les modèles mathématiques de Newton (1687) et d’autres observations le firent finalement accepter par l’Eglise Catholique en 1716.

 
    haut de page >